Les partenariats européens et la région BFC.

Zoom sur les partenariats européens en Bourgogne-Franche-comté avec Gena Rota, chargée de mission Europe et mobilité internationales au sein du réseau Bourgogne-Franche-Comté internationale. Le réseau BFC international est un réseau régional qui favorise l’impact des actions de coopération et de solidarité internationale. Il favorise aussi le partage et l’association entre les différents acteurs. En 2019, le réseau a mené une enquête avec pour objectif de dresser un état des lieux régionaux des partenariats et des projets européens menés en BFC .

À quoi servent ces partenariats européens, internationaux, comment aident-t-ils les bourguignons-franc-comtois ?

Le terme partenariat européen recouvre une multitude d’initiative, d’acteurs et de territoires. Ce n’est pas un ensemble uniforme et homogène. Les partenariats européens peuvent à la fois associer des acteurs privés (associations, entreprises) et des acteurs publics (institutions établissent d’enseignements). ils sont très divers : sur l’environnement, la culture, l’éducation. Avec cette étude régionale, différentes sous-catégories de partenariat sont identifiées. Avec notre coopération actuelle, nous sommes très efficaces à l’échelle européenne surtout dans le contexte actuel mais aussi avec les enjeux communs tel que l’environnement, les migrations ou les inégalités. Cette coopération est un enjeu majeur pour la construction d’un monde plus juste et plus solidaire. Ainsi, les territoires constituent un contact direct avec des citoyens, des habitants de Bourgogne-Franche-Comté et de leurs besoins. Les acteurs du territoire font vivre le projet européen au quotidien et participent à l’affirmation d’une citoyenneté européenne.

Gena Rota, quelles sont les actions ou les thématiques dans lesquelles les partenariats européens en BFC sont les plus impliqués ?

Alors l’étude régionale menée l’année dernière a permis de dégager un certain nombre de thématiques prioritaires au niveau des échanges européen. Le premier constat c’est qu’il paraît assez important de s’appuyer sur des thématiques précises pour développer et renforcer les partenariats européens en région. L’approche par thématique faciliterait le passage au mode « projet », la définition d’objectif, la recherche de partenaire locaux et l’identification de sources de co-financement. Parmi ces thématiques d’action, on retrouve notamment la vie associative, la mobilité internationale et la jeunesse qui reviennent très régulièrement dans les actions mener par les acteurs de la région. On retrouve aussi l’organisation d’événements culturels ou musicaux communs, les échanges de jeunes (job d’été, stage ou volontariat), les manifestations sportives et enfin des échanges scolaires et éducatives (voyages de groupe de citoyens dans cadre jumelage).

Quels sont vos objectifs pour les futurs partenariats européens ?

Au terme de cette étude régionale, on a eu un ensemble de recommandations collectives, comme favoriser un accompagnement de proximité des acteurs, renforcer des capacités des acteurs du territoire pour leur permettre de monter des actions dans le cadre leur partenariat européen. Cela passe par la construction d’un calendrier commun d’événement européen, valoriser un guide des structures ressources en région, promouvoir les projets qui sont menés sur le thème de l’Europe. À travers cette étude, on a identifié plusieurs acteurs du territoire qui sont associés pour faire émerger des projets qui seraient collectifs pour plus d’efficacité à l’échelle régionale. L’idée est de pouvoir imaginer des outils financiers qui sont adaptés aux besoins, attentes et capacités des acteurs locaux.

Article par Morgane Modin.

Retrouvez l’interview dans sa totalité :

Radio Dijon Campus · Interview Printemps de l’Europe avec Gena Rota

Laisser un commentaire