H2020 Villes et communauté intelligentes : Fontaine d’Ouche fait peau neuve

Le 20 avril dernier, Dijon a répondu à l’appel à projet lancé par la Commission européenne pour le projet H2020 Villes et communautés intelligentes. Ce projet aussi ambitieux qu’innovant a pour objectif de promouvoir le développement de villes à énergie positive qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment. À Dijon, c’est une partie du quartier de la Fontaine d’Ouche qui a été choisi pour réaliser ce projet et nous avons rencontré Jean-Patrick Masson, en charge de la transition écologique et du projet H2020 qui nous explique ce qu’est ce projet européen.

Le projet H2020 Villes et communautés intelligentes, aussi appelé RESPONSE (integRetEd Solutions for POsitive eNergy and reSilient CitiEs –Solutions intégrées pour des villes à énergie positive et résilientes) est un programme européen qui lie 53 partenaires issus de 13 pays. « Dijon est le leader de ce projet avec Turku en Finlande. Nous sommes donc complémentaires. On communique énormément ensemble. Et puis il y a six autres villes que l’on appelle « suiveuses », c’est-à-dire qu’elles vont tirer de notre expérimentation pour l’amener sur leur territoire. » 

Le projet de rénovation de deux groupes d’immeubles du quartier de la Fontaine d’Ouche s’étale sur cinq ans. La première partie a commencé en octobre 2020, elle se poursuivra sur deux ans. On cherche alors à mettre en place des techniques de rénovation. La deuxième partie porte le nom de monitoring, elle répond à la question « comment ce système mis en place fonctionne ? ». « Au terme de ce projet, on tirera des enseignements notamment sur la gestion de l’énergie. L’objectif qu’on s’est engagé à tenir auprès de l’Union Européenne, c’est celui de pouvoir dupliquer le modèle développé à Dijon en Europe. On sera amené à se poser la question d’étendre ce projet peut-être par exemple au reste de la Fontaine d’Ouche ou sur un autre quartier de la ville. L’objectif c’est qu’en 2030 il y ait cent villes à énergie positive en Europe.».

Consommer l’énergie créée tout en étant le producteur de celle-ci. Voici l’objectif principal du projet H2020.

Les énergies renouvelables devront alors couvrir plus de 100 % de la consommation. Les habitants pourront également consommer cette énergie. « Pour que les habitants soient acteurs de ce projet, on a besoin de savoir comment les habitants sont en capacité de s’approprier les choses. On a donc travaillé avec notre bureau d’étude qui va mettre en place des méthodes de participation. On va leur demander quels sont leurs horaires pour caler un modèle sur leurs expériences ». Ces deux groupes d’immeubles comporteront 550 logements qui pourront accueillir 11 100 habitants. Le projet ne comporte pas seulement la rénovation de ces bâtiments, mais aussi la réhabilitation de trois écoles. On trouvera également des dispositifs d’ombrières photovoltaïques sur des parkings.

Pour réaliser ces rénovations, Dijon métropole sera aidée par des équipes locales et des partenaires tels que la Ville de Dijon, Université Bourgogne-Franche-Comté, Eifer, Enedis, Grand Dijon habitat, Orvitis, Bouygues, Fafco, Atmo BFC, OnyxSolar, Coriance, OGGA, Civo-cracy, Nano Sens, Wittym, Panga, CENT, ESTP, CCI/ESADD, Rectorat ainsi qu’une dizaine d’entreprises et start-up locales. « De nos jours on cherche de plus en plus à construire des bâtiments qui sont étanches et donc qui ont un faible impact énergétique. La particularité du projet c’est qu’on est sur des matériaux déjà existants ». À noter que le taux de renouvellement des bâtiment en France s’élève à 1 % par an. L’enjeu aujourd’hui, c’est donc de jouer sur la réhabilitation, le changement de pratiques, les technologies nouvelles sur du bâtiment ancien. C’est une piste innovante et à explorer davantage.

Au niveau du financement, tout est pris en compte par l’Europe. Le taux de subvention de ce projet se situe entre 6 à 8 millions d’euros. Quant au coût total, il est difficilement quantifiable puisqu’il y a des paramètres différents à comptabiliser telle que la réhabilitation des trois écoles.

En bref, le projet H2020 rendra Dijon plus verte qu’elle ne l’a jamais été !  

Article par Alice Capezza.

Laisser un commentaire