À propos

 Alors que plusieurs pays européens voient progresser les alliances ou les idées extrêmes associées des régressions sociales, il est important de réa rmer l’importance du projet européen et la volonté de poursuivre la construction d’une Europe unie et solidaire. Je reste ainsi convaincu que nous sommes plus forts ensemble et que nous pouvons mesurer tout le chemin parcouru dans ce projet initié au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : le maintien d’une paix durable et l’entente entre les peuples, la capacité de forger une monnaie unique, l’ouverture d’un grand marché, l’a rmation de notre puissance économique au sein d’une économie mondialisée. Je défends l’idée d’un socle de valeurs communes. La dignité humaine, la liberté, l’égalité et la solidarité forment ainsi les conditions essentielles pour la garantie de nos démocraties. Mais l’unité n’est pas l’uniformité. Le projet européen est bien celui d’un espace respectueux des identités de chaque État membre, dessinant une communauté riche de la diversité de ses langues, de ses cultures, des traditions et des paysages de notre vieux continent.
La meilleure façon de promouvoir l’Europe, c’est encore d’en rappeler les réalisations concrètes qui font partie du quotidien de nos concitoyens. À Dijon, l’Union européenne a contribué à redessiner en profondeur la mobilité urbaine avec notamment la construction des 2 lignes de tramway qu’empruntent chaque jour plus de 80 000 voyageurs. Mais c’est aussi l’accueil de nombreux étudiants qui béné cient du dispositif de formation Erasmus + au sein des établissements d’enseignements supérieurs dijonnais. Les exemples sont nombreux.
J’aimerais rappeler les grands enjeux qui nous attendent dans la poursuite de ce projet européen dans lequel, c’est ma conviction, les villes ont tout leur rôle à jouer : relever avec intelligence le dé écologique, renouer à long terme avec une croissance durable, construire une Europe sociale porteuse de progrès et d’équité, défendre nos valeurs démocratiques et notre modèle de développement dans le monde face à la menace terroriste et sécuritaire.
Dijon entretient un réseau de villes partenaires à travers l’Europe et le monde, au premier rang duquel se trouve la ville de Mayence, capitale de la Rhénanie-Palatinat. Le 5 mai 2018 marquera le 60ème anniversaire de cette amitié sincère et constructive. C’est pourquoi j’ai souhaité que « Le printemps de l’Europe 2018 » mette à l’honneur l’ensemble des acteurs associatifs et institutionnels qui œuvrent depuis tant d’années à la construction des liens entre nos deux villes. L’occasion pour Dijon et pour Mayence de réa rmer leur volonté commune de bâtir un projet européen concret et à l’écoute des citoyens qui font au quotidien la réalité de nos territoires.

François Rebsamen
Maire de Dijon
Président de Dijon métropole
Ancien ministre

 

 Placé sous le signe de l’amitié franco- allemande, cette nouvelle édition du « Printemps de l’Europe » mettra à l’honneur le partenariat avec notre ville jumelle, Mayence.
Ville natale de l’illustre Johannes Gutenberg, inventeur de l’imprimerie à caractère mobile qui révolutionna l’Occident, Mayence est à l’instar de Dijon, une ville entourée de vignes et profondément inscrite dans le commerce viticole.
Inaugurant les festivités du « Printemps de l’Europe », le village de l’Europe situé place François Rude se déroulera le samedi 5 mai 2018. Ce sera l’occasion de venir à la rencontre de tous les acteurs allemands et français qui font vivre le partenariat entre nos deux villes.
Mais ce mois de mai o rira également un panorama large et varié des initiatives et des cultures européennes qui animent Dijon tout au long de l’année autour d’un public intergénérationnel porteur des valeurs européennes de fraternité et de solidarité.
Très beau « Printemps de l’Europe » à toutes et à tous !

Sladana Zivkovic
Adjointe au maire déléguée aux relations internationales, au tourisme et aux congrès

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer