« La transmission entre les générations, c’est du gagnant-gagnant »

Dans le cadre du printemps de l’Europe, l’OPAD organise plusieurs événements. C’est dans ce contexte que Pierre Pertus, directeur de l’OPAD, Gilles Baudry et Alain Marchand, membres de la commission qui organise ces événements, ont répondu à nos questions.

 

Combien de personnes seront impliquées dans ces projets liés au printemps de l’Europe ?

Pierre Pertus : Une commission particulière, qui comprend une dizaine de personnes environ.

Quels événements allez-vous organiser ?

P.P : Il y en aura trois. Le premier, s’agira de ce qu’on appelle en allemand une « Kaffeekuchen », qui signifie littéralement en allemand gâteaux et cafés. Cela consistera en une dégustation et découverte de pâtisseries allemandes et autrichiennes. Le but est de faire découvrir la culture d’autres pays. Cela sera fait par Anne-Marie Jouannet, professeure d’allemand à l’OPAD.

Le second sera une conférence historique, sur le mur de Berlin animée par cette même Anne-Marie Jouannet mais aussi par Gilles Baudry ici-présent.

Ce qui est intéressant dans cette conférence, c’est que les deux animateurs ont été en Allemagne et ont fait une visite avec une guide qui a vécu cette période du mur de Berlin. Donc il y a aura réellement la vision de l’époque lors de cette conférence, toujours au café sénior de l’OPAD.

Et le troisième est la mise en place d’un questionnaire – réalisé conjointement dans plusieurs villes européennes – à destination des jeunes et des seniors à propos de l’importance de la transmission intergénérationnelles.

Quel est votre objectif pour faire de ce questionnaire de transmission ?

Gilles Baudry et Alain Marchand: Il est très important, surtout pour une association pour la notre, de représenter ce qu’est la transmission entre le générations. Il y a une théorie qui veut que la génération des « seniors » soit « désespérée » ou peu confiante envers la génération actuelle et future. C’est faux, pour la plupart d’entre eux, il y a une grande confiance d’installée, et c’est notamment pour renforcer ce sentiment de confiance que nous organisons ce type d’événement. Car c’est du gagnant-gagnant. La génération actuelle profite de notre expérience de vie et nous on apprend à vivre avec son temps.

Avez-vous également un objectif lié à l’Europe ?

G.B et A.M : Effectivement. C’est la raison pour laquelle nous avons réalisé ce questionnaire conjointement avec plusieurs villes de jumelage. Cela n’a pas été simple au niveau administratif d’organiser tout cela mais nous pensons que c’est important, pour comparer les différents avis et les différentes cultures de chaque pays sur ce point précis. Surtout dans ce contexte actuel où l’Europe ou du moins le projet Européen ne fait pas consensus auprès de tous.

Sur les premières retombées que nous avons, il semble d’ailleurs que les générations se rejoignent sur beaucoup de points, sauf sur le patriotisme, plus en vogue chez les seniors que chez les jeunes. (rires)

 

Laisser un commentaire