À la découverte de la « Nouvelle vague » d’Europe de l’Est

L’association Plan9, qui œuvre tout au long de l’année pour la défense et la promotion du cinéma indépendant s’associe au Printemps de l’Europe. Plan9 vous propose une découverte du nouveau cinéma de l’Europe de l’Est avec trois soirées les 9, 11 et 12 mai au cinéma Eldorado.

Un cinéma riche en émotion, imprégné d’une atmosphère caractéristique aux pays de l’Est. Des mises en scène simple mais d’une efficacité redoutable. Et puis l’émergence de studios d’animation qui pourront bientôt rivaliser avec les studios français. – Plan9


Mardi 9 mai – 20h / Cinéma Eldorado – Gratuit

Soirée spéciale Pologne « Polka Land » (1h30)

All’s soul day d’Aleksandra Terpińska (2013, 18mn)
Le jour de son anniversaire, Léna souhaite rencontrer son père qui n’a jamais été là pour elle et son frère. Mais quelque fois, il vaut mieux ne pas savoir.

Noise de Przemysław Adamski (2011, animation, 7mn)
Un magnifique court métrage réalisé en stop motion. Un film fascinant dans lequel les sons deviennent visibles, et se transforment en formes tangibles et mouvantes…

Grandma’s day de Miłosz Sakowski (2015, 30mn)
On a toujours besoin de se confier à sa grand-mère dans les moments difficiles, ou bien est-ce l’inverse ? Un portrait cruel de la vieillesse.

Gusla ou les malins d’Adrienne Nowak (2016, animation, 9mn)
Adrienne retourne dans sa Pologne natale pour interroger sa famille sur le communisme. Elle découvrira que les fantômes communistes ne sont pas les seuls à hanter l’imaginaire polonais.

Ziegenort de Tomaz Popakul (2013, animation, 20mn)
Dans un petit village côtier, un père enseigne à son fils adolescent le métier de pêcheur. Le jeune homme-poisson introverti va se retrouver pour la première fois face à un vrai rival.

Watermelon de Tato Kotetishvili (Pologne / Géorgie, 2012, 10mn)
Deux vendeurs de pastèques s’affrontent au beau milieu de la campagne géorgienne.

Le choix de programmer des courts-métrages de Pologne et de République Tchèque est dû au renouveau cinématographique que ces pays sont en train de vivre. Imprégné d’une histoire cinématographique forte, ils ont su prendre un tournant nécessaire et aborder une forme de « Nouvelle Vague » qui rend visible un pays et une jeunesse en pleine essor culturel. – Plan9


Jeudi 11 mai – 20h / Cinéma Eldorado – Gratuit 

Focus sur les grandes écoles de cinéma d’Europe de l’Est à travers deux institutions mondialement reconnues : l’Académie du film de Prague et l’Académie du film Miroslav Ondricek à Pisek (1h24)

Borderlines de Hanka Novakova (2016, animation, 5mn)
Difficile de vivre à deux sous le même toit, mais il doit bien y avoir des solutions…

Peacock de Ondrej Hudecek (2016, 27mn)
Bohême, 19ème Siècle. Ladislav terrorise le village avec ses cruelles plaisanteries. Quand une guerre éclate, Ladislav est envoyé dans un monastère, où il découvre ses désirs cachés …

Happy End de Jan Saska (2016, animation, 6mn)
Une comédie noire sur la mort avec une fin heureuse. Un imbroglio de rencontres improbables, un chasseur, un agriculteur, un punk et un cadavre.

Mother de Radolsav Irsa (2013, 18mn)
Jana approche la quarantaine et a un vrai désir de séduction. Mère a 16 ans, elle ne s’est jamais occupée de sa fille, qui elle aimerait une vrai relation mère / fille.

In vino veritas de Aneta Zabkova Kyrova (2012, animation, 10mn)
Trois copines de lycée se retrouvent après 25 ans sans s’être vu. Le temps du bilan et des désillusions.

Benny de Michal Hruska (2017, 18mn)
Benny est tueur à gages et séducteur de femmes. Comment va-t-il réagir quand sa prochaine mission allie ses deux activités principales.


Vendredi 12 mai – 20h / Cinéma Eldorado – Tarifs Eldo

Cinema Komunisto de Mila Turajlic – Documentaire, 2013, 1h41.
Avec Velimir-Bata Zivojinovic, Veljko Bulajic.
Mila Turajlic part à la recherche d’un cinéma disparu celui de l’ex-Yougoslavie grâce à un guide exceptionnel, Leka Konstantinovic, projectionniste personnel de Tito. Des grands studios Avala de Belgrade aux grandes stars internationales telles qu’Orson Welles ou Richard Burton invitées par Tito sur l’île de Brioni, tout concourt à construire une histoire légendaire. Mila Turajlic réussit à construire, à partir d’archives du cinéma yougoslave «un film sur un pays qui n’existe plus».

Laisser un commentaire